Pourquoi investir dans l’art ?

Depuis quelques années, les œuvres d’art sont devenues des valeurs refuges car elles sont peu sensibles aux crises économiques. L’investissement dans des œuvres d’art est devenu un excellent moyen pour diversifier son patrimoine et d’optimiser son rendement. Les atouts de cet investissement sont une bonne rentabilité, une fiscalité avantageuse et le caractère culturel flatteur. En plus d’offrir des œuvres uniques et d’une beauté exceptionnelle à vos acheteurs, vous pouvez également réduire vos impôts et optimiser le rendement de votre investissement. De plus, la défiscalisation de l’œuvre d’art est encore plus intéressante si vous vous engagez sur le long terme (au minimum 12 ans selon les avis des experts).

Toutefois, pour réussir dans ce domaine il est important de se faire aider par des professionnels, par des intermédiaires expérimentés comme les antiquaires ou les galeristes. Cela vous permettra de proposer des œuvres d’art authentiques et de trouver les bons acheteurs pour augmenter la rentabilité de votre investissement.

Quelle est la rentabilité d’un investissement dans des œuvres d’art ?

La rentabilité d’un investissement dans des œuvres d’art se situe entre 5 à 8 % par an si vous investissez au minimum 20 000 euros pendant 8 à 12 ans. La plus-value ne sera, en effet, intéressante que dans ce délai de détention. D’ailleurs, selon la loi française, un délai de détention de 22 ans est requis pour échapper à la taxe sur la plus-value de revente d’œuvres d’art.

Il faut savoir que le marché des œuvres d’art est en perpétuelle croissance. Cette croissance repose sur 3 grands piliers, à savoir le marché des œuvres haut de gamme, le développement des ventes sur internet et le développement de l’ « industrie » du musée. En effet, le nombre de clients affluent à travers le monde grâce à la technologie. Ce qui est un bon point pour les prestigieuses maisons proposant des œuvres d’art. Les ventes aux enchères sur internet reçoivent des inscriptions de potentiels acheteurs situés dans près de 200 pays. Le marché des œuvres haut de gamme a également été boosté par l’intensification du marché chinois. Et enfin, il y a l’ouverture quotidienne d’un musée dans le monde. Les experts appellent ce phénomène l’ « industrie muséale ». Notez que pour être crédible, un musée doit offrir 3 000 à 4 000 œuvres de qualité muséale au minimum.

Toujours selon les avis des experts, la rentabilité moyenne d’un œuvre d’art est de 5,9% par an pour une durée de détention moyenne de 11 ans. Pour un investissement compris entre 50 et 100 000 euros, le rendement des œuvres est situé entre 5% à 7% par an. Et pour un investissement d’une valeur de 100 000 euros, il est possible de bénéficier d’un rendement annuel à 10%. Cela signifie que la valeur du rendement est corrélée à celle de l’investissement. Pour des œuvres d’art à moins de 5 000 euros aboutissent souvent à un rendement incertain.

Pour s’assurer d’une bonne rentabilité pour son investissement dans les œuvres d’art il est possible par exemple de segmenter le marché en fonction des périodes ou des styles. On peut aussi distinguer les œuvres des maîtres anciens de ceux des artistes contemporains et modernes. En effet, la rentabilité de l’investissement diffère en fonction de ces paramètres. L’art d’après-guerre et l’art contemporain sont, par exemple, en plein essor actuellement, contrairement aux œuvres des maîtres anciens. Évidemment, il faut aussi proposer des œuvres authentiques pour garantir une belle rentabilité.

Comment investir dans des œuvres d’art ?

Pour investir dans des œuvres d’art, il est possible de recourir à 3 styles :

Si vous réalisez un investissement personnel, cela signifie que vous prospectez et achetez vous-même vos œuvres d’art. Ensuite, vous les proposez selon vos propres moyens sur le marché afin de trouver de bons acheteurs. Ce type d’investissement est risqué car cela requiert une bonne connaissance du secteur.

L’investissement via une entreprise est aussi un bon moyen de gagner de l’argent et de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. En effet, une entreprise investissant dans des œuvres d’art peut bénéficier d’une déduction fiscale au titre de chaque exercice. Il faut cependant, respecter le plafonnement imposé de 5% du chiffre d’affaires annuel au maximum. Il est aussi important de respecter certaines conditions comme le fait de ne proposer que des œuvres d’art d’artistes déjà morts. En effet, les œuvres des artistes vivants sont exclues de la taxe professionnelle. Sur une période de détention de 5 ans, la déduction fiscale peut atteindre 20% du prix d’achat total. L’avantage d’investir dans des œuvres d’art avec une entreprise est que vous pouvez améliorer votre décoration, mais aussi l’image de votre entreprise tout en bénéficiant de la défiscalisation.

Et enfin, il est aussi possible d’investir dans des œuvres d’art via les fonds d’investissement, comme les OPCVM. Cela reste le moyen le plus recommandé si vous ne souhaitez pas profiter personnellement de vos œuvres d’art.

Le principe global d’investissement dans des œuvres d’art reste cependant simple : il faut acheter une œuvre d’art à moindre coût, la conserver puis la revendre à un prix fort au moment opportun. Il faut utiliser les œuvres d’art acquises comme des instruments de placement, au même titre que les actions et les obligations pendant une certaine durée (5 à 10 ans généralement). Il faut un capital de départ élevé car le ticket d’entrée dans un fond d’investissement, souvent à capital fixe, l’est également. L’avantage est qu’avec un fond d’investissement adopte les stratégies d’investissement fiables pour garantir la rentabilité et s’occupe de la gestion et de la performance de l’investissement. Il s’occupe également de diversifier le placement sur le marché international des arts afin d’obtenir un meilleur résultat financier. L’investisseur ne se préoccupe donc pas de toutes ces étapes. Ce qui est un atout considérable compte tenu de la complexité de ce marché pour une personne sans connaissance particulière dans le domaine.

Dans tous les cas, que vous choisissez de réaliser un investissement privé, via une société ou un fond d’investissement, il existe quelques astuces à retenir pour bien investir dans les œuvres d’art :

  • définissez au préalable vos moyens financiers et fixez également votre budget.
  • achetez des œuvres d’art en commençant petit. Il n’est pas utile de se précipiter.
  • acquérez le maximum d’expériences afin d’aiguiser votre regard et ainsi, repérer les œuvres d’art qui auront de la valeur plus tard.
  • diversifiez autant que possible les investissements pour limiter les éventuelles pertes d’argent.
  • priorisez les œuvres d’art dont les tirages sont de qualité.
  • exigez un certificat d’authenticité lors de l’achat de vos œuvres d’art.
  • entretenez toujours une relation d’échange avec des professionnels ou une galerie.

Comment profiter des abattements sociaux avec les œuvres d’art ?

Toute personne cédant un objet d’art (antiquité ou de collection, objets exportés définitivement dans un pays tiers de l’Union Européenne) est soumise à une imposition spécifique. Si une personne détient cet objet d’art depuis plus de 12 ans, elle profite d’une exonération totale d’impôt à sa revente.

En effet, la plus-value d’un objet d’art est soumise à un abattement de 10% par année de détention à partir de la 2ème année. C’est ce qui est prévu dans le régime de droit commun. En 2014, cet abattement a été réduit à 5%. Ce qui signifie que pour obtenir l’exonération totale, il faut détenir l’objet d’art pendant 22 ans. S’il y a un excédent après l’application de l’abattement, celui-ci sera imposable à 19% puis additionné aux prélèvements sociaux. Pour déclarer la plus-value, il faut utiliser l’imprimé n°2092 si vous avez choisi le régime de droit commun.

Pour profiter de cet abattement sur la plus-value, il faut également présenter des pièces justificatives concernant la durée de détention du bien. Autrement, la plus-value sera, en effet, imposée à une taxe forfaitaire de 6,5% depuis 2014 (5% auparavant). Parmi les documents essentiels à présenter à l’administration fiscale, il y a :

  • la facture d’achat des œuvres d’art auprès d’une maison de ventes aux enchères, d’une galerie ou d’un particulier
  • l’extrait de déclaration de succession si l’objet d’art est inscrit dans un inventaire successoral
  • le certificat d’achat auprès d’un officier ministériel

Pour vous aider à justifier l’ancienneté de détention de vos œuvres d’art, vous pouvez demander l’aide des professionnels comme un huissier assermenté, par exemple. Il est aussi possible de joindre d’autres documents comme un contrat d’assurance, une topographie, une référence dans un livre, etc. C’est à l’expert de vous conseiller et de vous guider dans tout ce que vous devez fournir afin de bénéficier de vos avantages fiscaux via un investissement dans des œuvres d’art.

Quelle est l’imposition pour les œuvres d’art ?

Le taux normal d’imposition pour les œuvres d’art est de 20% pour tout achat, si celui-ci a été effectué dans une galerie traditionnelle ou chez un antiquaire. C’est l’acheteur qui est assujetti à la TVA. En revanche, si l’achat s’est réalisé chez un professionnel membre de l’Union Européenne, c’est le pays vendeur qui doit payer la TVA. Et dans le cas de certains achats à distance, le taux de la TVA est réduit à 5,5% si les biens achetés sont des œuvres d’antiquité ou des objets d’art à collectionner. Pour simplifier, l’acheteur n’est pas assujetti à la fiscalité de l’art si le vendeur n’est pas soumis à la TVA.

Il y a exonération totale de la plus-value de l’œuvre après 22 ans de détention grâce au système d’abattement de 5% par an. Sinon, il est aussi à noter que depuis 2017, les articles artistiques ne figurent plus dans l’ISF ou l’Impôt sur la Fortune de Solidarité.

Le saviez-vous ?

Le prix d’une œuvre d’art n’est pas pris en compte dans le calcul de l’ISF. Ainsi, si vous approchez du plafond de l’ISF, il peut être judicieux de vendre un de vos biens pour faire l’acquisition d’une œuvre d’art. Vous abaisserez ainsi la valeur de votre patrimoine !