Beaucoup de personnes s’intéressent actuellement au marché de la bourse. Devenu plus accessible à tous grâce aux nombreuses informations véhiculées sur internet, ce marché continue de séduire de nouveaux investisseurs. Si vous faites partie de ceux qui recherchent des moyens d’optimiser vos placements boursiers, cet article est certainement ce qu’il vous faut. Nous allons parler du SRD ou su service de règlement différé. Retrouvez dans cet article la différence entre un SRD et un ROR, les risques de l’investissement via un SRD, les valeurs éligibles au SRD et les principaux avantages de ce service.

Qu’est-ce qu’un ordre avec service de règlement différé (SRD) ?

Un SRD ou service de règlement différé est un service permettant aux investisseurs boursiers de reporter le dénouement de leurs achats et/ou encaissements à la fin du mois boursier sans pour autant débourser des liquidités. Cela signifie que toutes les opérations boursières sont reportables jusqu’à cette date. Il s’agit en quelque sorte d’un crédit que l’investisseur peut utiliser pour différer le règlement total de sa position.

Pour être plus explicite, ce service sert de bouclier pour l’investisseur en cas de contrepartie du marché. Le SRD est proposé par des intermédiaires financiers comme des courtiers en ligne ou un établissement financier physique tel que les banques. Ce service est ainsi disponible à l’ouverture d’un compte-titre chez ces intermédiaires financiers. Après présentation d’une liste de valeurs éligibles, l’investisseur aura ensuite le choix entre une position acheteuse ou une position vendeuse.

Généralement, les positions acheteuses sont prisées en cas de conviction de  hausse des marchés par l’investisseur. Naturellement, le contraire s’applique souvent aux positions vendeuses. Ce service de règlement différé est payant. Il s’agit d’une commission spécifique que l’on appelle « Commission de Règlement Différé » ou « CRD ».

Le process du SRD est très simple. L’investisseur donne un ordre avec SRD. Une vérification de cet ordre sera effectuée par l’intermédiaire financier selon des règles strictes définies par l’AMF ou Autorité des Marchés Financiers qui sert de régulateur des marchés en France. Le portefeuille de l’investisseur qui sert de garantie sera vérifié. Il est question de statuer sur les avoirs qui peuvent être des espèces ou des instruments financiers. Ensuite, c’est l’intermédiaire qui transmet l’ordre sur le marché. Une fois cette étape terminée, on peut affirmer que la transaction est exécutée. Il ne reste plus pour l’intermédiaire financier qu’à financer la position (espèces pour un achat, titres pour une vente). Pendant toute la durée convenue pour ce financement (jusqu’à la livraison en fin de mois), les titres et les espèces sont la propriété de l’établissement.

Quelle est la différence entre un SRD et un ROR ?

Le SRD est un service de règlement différé et le ROR est un règlement d’ordre avec report. Les deux services permettent d’acheter ou de vendre des actions à crédit. En revanche, la différence est que le SRD permet de différer jusqu’à la fin du mois boursier le règlement de son achat. Quant au ROR, il permet de reporter ce règlement jusqu’au mois suivant.

Comme pour le CRD (Commission de Règlement Différé), le ROR a aussi un coût qui est appelé « Commission de ROR » ou « CROR ». Ce coût est calculé en fonction des capitaux négociés entre l’investisseur et l’établissement financier, mais aussi selon la durée du crédit.

Dans les deux cas, ces services permettent d’anticiper la hausse ou la baisse d’un titre sans détenir les actions et sans régler immédiatement la totalité de l’achat. Grâce à ces services, les investisseurs ont aussi la possibilité de conserver leurs autres positions et de se servir de cette opportunité pour les valoriser. Toutefois, pour que les avantages soient complets, il faut respecter plusieurs critères comme le fait de ne pas couvrir une position ROR ou SRD sur un titre avec les mêmes titres au comptant.

L’achat SRD est-il risqué ?

Le SRD est associé à un effet de levier qui peut aller jusqu’à 5 fois le montant des liquidités disponibles sur le compte de l’investisseur. C’est un outil qui fait tout l’avantage de l’achat SRD. Mais c’est aussi une arme à double tranchant pour les gains et les pertes. En effet, le principal risque d’un achat SRD est la perte en capital. Autrement dit, à la moindre erreur, l’investisseur peut tout perdre. Cela signifie que l’achat SRD s’adresse plus aux investisseurs expérimentés.

Ce qu’il faut retenir est que là où il y a un fort potentiel de gains élevés, il y a aussi des risques considérables. Pour mieux illustrer, sachez qu’avec le crédit du SRD, vous avez la possibilité d’investir plus que ce que vous possédez. Mais à la moindre erreur de prédiction, vous devrez toujours rembourser l’établissement financier ayant offert le crédit. Au final, cela signifie que vous perdrez de l’argent.

Quelles sont les valeurs éligibles au SRD ?

Toutes les valeurs ne sont pas éligibles au SRD. Celles qui le sont respectent plusieurs critères établis par le NYSE Euronext. Ce dernier est un groupe mondial d’entreprises ayant pour activités la gestion d’un ou de plusieurs marchés financiers. C’est ce groupe qui établisse et renouvelle la liste des valeurs éligibles au SRD. Il le fait de manière systématique pour ne léser aucun investisseur.

Notez toutefois que dans certains cas, les autorités de marchés ainsi que les courtiers en ligne peuvent interdire et/ou suspendre un SRD sur certaines valeurs qu’ils jugent trop volatiles. Cette interdiction et/ou suspension peut être provisoire ou définitive.

La liste des valeurs éligibles au SRD est disponible sur Google, environ 200 actions et 300 ETF. Une mise à jour régulière y est effectuée.

Qu’appelle-t-on effet de levier pour les SRD ?

Par « effet de levier pour les SRD », on désigne le rapport entre la somme investie et le montant mis à la disposition de l’investisseur. Par exemple, si les SRD proposent un effet de levier de 5, cela signifie que l’investisseur aura droit à une position de 5 000 euros avec seulement 1 000 euros dans son portefeuille. Plusieurs types de placements utilisent l’effet de levier : les CFD, les options binaires, les warrants, etc.

Comme déjà mentionné précédemment, il faut toutefois prendre garde quant à l’utilisation de cet effet de levier. Il faut le manier avec beaucoup de précautions puisqu’il est à double tranchant. S’il est intéressant pour l’optimisation des gains, il l’est un peu moins sur l’importance du risque de perte en capital.

Encore une fois, cet effet de levier pour les SRD est conseillé aux traders vraiment expérimentés.

Le saviez-vous ?

Les SRD ne peuvent être disponibles que sur un compte-titres. Vous ne pourrez donc pas investir dans des SRD en utilisant un PEA.