L’un des principaux avantages d’un investissement en bourse est la possibilité de faire fructifier son argent. Au fil du temps, le marché boursier a tendance à prendre de la valeur, et cela, même si les prix des actions individuelles augmentent et diminuent quotidiennement. Les investissements dans des entreprises stables et capables de croître ont tendance à générer des bénéfices pour les investisseurs. De même, investir dans de nombreuses actions différentes aide à constituer un patrimoine en tirant partie de la croissance dans différents secteurs de l’économie. Cela permet alors de réaliser des bénéfices même si certaines des actions individuelles de l’investisseur perdent de la valeur.

Les revenus de dividendes sont également un autre avantage d’un investissement en bourse. Certaines actions procurent un revenu sous forme de dividende. Si toutes les actions n’offrent pas de dividendes, celles qui en offrent procurent des paiements annuels aux investisseurs. Ces paiements arrivent même si l’action a perdu de la valeur. Ils représentent surtout un revenu en plus des bénéfices qui proviennent de la vente éventuelle de l’action. Le revenu de dividendes peut aider à financer une retraite ou à payer encore plus d’investissements (l’immobilier par exemple) à mesure que le portefeuille d’investissement s’accroît au fil du temps.

Pour les investisseurs qui placent de l’argent dans différents types de produits d’investissement, un investissement en bourse présente l’avantage d’offrir une diversification. Les investissements boursiers changent de valeur indépendamment des autres types d’investissements tels que les obligations et l’immobilier. Le fait de détenir des actions peut aider à surmonter les pertes subies par d’autres produits d’investissement. Les actions augmentent également le risque d’un portefeuille ainsi que le potentiel de gains importants et rapides. Cela aide les investisseurs à éviter les stratégies d’investissement trop prudentes ou peu enclines au risque.

En même temps, acheter des actions signifie prendre une participation dans la société dont vous achetez des actions. Cela signifie qu’investir en bourse apporte également des avantages comme le fait de devenir l’un des propriétaires d’une entreprise. Les actionnaires votent sur le choix des membres du conseil d’administration de l’entreprise et sur certaines décisions commerciales. Ils reçoivent également des rapports annuels pour en savoir plus sur l’entreprise. Posséder des actions de l’entreprise pour laquelle vous investissez peut être un moyen de lier vos finances personnelles au succès de celle-ci dans son ensemble.

Toutefois, malgré sa popularité et sa présence dans l’actualité, le marché boursier n’est qu’un des nombreux endroits potentiels pour investir votre argent. Investir en actions est souvent risqué, ce qui attire l’attention sur les gains et les pertes énormes de certains investisseurs. Si vous gérez les risques, vous pouvez profiter du marché boursier pour sécuriser votre situation financière et gagner de l’argent. Mais justement, comment investir en bourse ? Comment débuter son investissement en bourse ? Quel produit en bourse choisir ?

Connaissez-vous le warrant ? Il s’agit probablement de l’un des meilleurs instruments financiers qui vous permettront d’investir en bourse. Découvrons dans cet article toutes les informations que vous devez retenir à ce sujet : qu’est-ce qu’un warrant ? Quelles sont les caractéristiques du warrant ? Pourquoi investir dans un warrant ? Quels sont les différents risques du warrant et comment s’en prémunir ? Quelle fiscalité s’applique aux warrants ?

Qu’est-ce qu’un warrant ?

Les warrants sont des instruments financiers qui donnent aux investisseurs le droit, mais non l’obligation, d’acheter (warrants Call) ou de vendre (warrants Put) un actif sous-jacent, à un prix convenu (le prix d’exercice), au plus tard à une date d’expiration convenue. Les actifs sous-jacents peuvent être des actions, des indices, des matières premières ou des devises. Les warrants sont négociés sur le marché des actions et émis par des sociétés. Les warrants diffèrent les uns des autres en termes de type d’actif sous-jacent ou de limites et de prix d’exercice auquel ceux-ci peuvent être achetés ou vendus.

Les warrants sont des produits dérivés, bien plus complexes que les obligations ou les actions, qui permettent de diversifier son portefeuille boursier, de le protéger et de profiter des anticipations pouvant être réalisées grâce à l’évolution de marché. Généralement, les warrants sont assortis de risques importants. De ce fait, ils sont dédiés aux investisseurs avertis.

Choisir d’investir dans les warrants, c’est profiter de leur fort effet de levier qui est indexé sur leur sous-jacent. En effet, les warrants procurent un effet de levier permettant d’amplifier les variations du sous-jacents sur lesquels ils portent. Ainsi, l’objectif principal est d’augmenter les possibilités de gain. A titre d’exemple, si le cours du sous-jacent varie seulement de 1%, celui du warrant variera de 2%, 5% ou 10%. Le taux de la variation évolue, en hausse ou en baisse, en fonction des caractéristiques du warrant.

Afin de mieux comprendre le fonctionnement du warrant, la notion d’ « élasticité » doit être assimilée. Il s’agit du moyen de calcul de la variation de la valeur du warrant pour « x% » de variation de son sous-jacent. Pour calculer cette élasticité, il faut appliquer la formule suivante : (delta x cours du sous-jacent) / (prix du warrant x parité).

Le delta est l’indicateur évaluant la sensibilité d’un produit dérivé par rapport à plusieurs critères dont son actif sous-jacent, sa volatilité et une durée dans le temps. Autrement dit, c’est le ratio de variation du prix du warrant lorsque son sous-jacent varie de 1. Quant à la parité, il s’agit du nombre de warrant nécessaire permettant d’exercer un droit d’achat ou de vente sur un sous-jacent.

Le warrant est un produit de placement spéculatif très intéressant. Il permet de bénéficier de gains importants. En revanche, le risque de perdre, tout ou une partie de son capital, est tout aussi élevé. C’est donc un investissement qui nécessite une grande analyse et beaucoup de prudences. D’ailleurs, actuellement, seuls les investisseurs avisés s’y aventurent. Les novices peuvent évidemment tenter leur chance, mais ils doivent réunir le maximum d’informations sur ce produit, en comprendre les risques et élaborer des stratégies efficaces pour réussir leur placement. Dans beaucoup de cas, l’intervention d’un expert du marché boursier sera nécessaire.

Quelles sont les caractéristiques du warrant ?

Pour comprendre encore davantage les warrants, il faut retenir certains termes essentiels :

  • Le sous-jacent : l’actif spécifique auquel se rapporte le warrant. Le sous-jacent peut être une devise, une action, une matière première ou un indice.
  • La prime : le nom donné au prix d’un warrant. La prime fait l’objet d’une cotation en bourse et est acquittée par l’investisseur lorsqu’il acquiert un warrant.
  • Le prix d’exercice ou le strike : le prix auquel l’investisseur peut acheter ou vendre le sous-jacent à l’échéance du warrant. Celui-ci est déterminé au préalable, au moment de l’émission du warrant.
  • La date d’échéance ou la date de maturité : l’échéance qui représente la limite de durée de vie du warrant. Encore une fois, cette date est également déterminée au préalable, à l’émission du produit.
  • La parité : le nombre de warrant nécessaire pour pouvoir exercer son droit sur un sous-jacent donné. Voici un exemple : exercer, à l’échéance, 10 warrants call est nécessaire pour pouvoir acheter 1 action au prix d’exercice pour une parité de 10 sur un warrant call sur action.
  • La quotité : la quantité maximale de warrants requise pour se permettre un investissement sur ce type de produit.

Les principales caractéristiques du warrant sont :

  • L’investisseur dispose du droit sur la valeur du support sous-jacent parce qu’il l’a payé.
  • Le warrant est un produit négociable. L’investisseur dispose du droit de le revendre à tout moment sans en attendre l’échéance.
  • L’achat de warrant est possible pour une quantité minimale ou pour un multiple de cette quantité. C’est ce que l’on appelle la « quotité ». Celle-ci peut être différente en fonction des warrants.
  • Les warrants pour devises peuvent varier de 500 warrants, et de 1000 warrants pour les autres sous-jacents. Cette parité est nécessaire pour faire valoir l’exercice sur un seul support.
  • La période de négociation d’un warrant dure de sa date d’introduction en bourse jusqu’à 6 jours ouvrables avant son échéance.
  • Le warrant (call ou put) est automatiquement versé pour le compte du détenteur et reverse si les investisseurs n’ont pas revendu les warrants avant leur fin de vie. Et s’il y a des gains, ceux-ci seront remis à l’intermédiaire financier de l’investisseur en guise d’indemnisation.

Pourquoi investir dans un warrant ?

Les warrants présentent plusieurs avantages par rapport aux actions ordinaires, outre des gains ou des pertes plus importants que l’action sous-jacente.

Les warrants peuvent également être utilisés à des fins de protection. Supposons que vous pensiez qu’une entreprise se dirige vers un succès absolu, ou un échec complet et total. Supposons que ses actions se négocient à 100 dollars chacune, alors que les warrants ne coûtent que 10 dollars chacun. Dans ce cas, vous pouvez vous exposer à la hausse du cours de l’action sans risquer de perdre 100 dollars par action. Votre risque maximum est de 10 dollars par warrant, contre 100 dollars par action pour l’action ordinaire.

De même, les warrants peuvent être utilisés pour varier votre portefeuille en vous permettant d’accéder à une action que vous souhaitez posséder mais que vous n’avez pas le capital nécessaire pour acheter aujourd’hui. Le prix inférieur d’un warrant vous permet de profiter des hauts et des bas de l’action, tout en ne consacrant qu’une petite partie du capital à l’investissement.

Sinon, en raison des gains ou des pertes considérables que les warrants ont tendance à engendrer, il est généralement conseillé de les utiliser avec prudence et parcimonie. Contrairement aux actions ordinaires, la rentabilité d’un warrant dépend d’un calendrier précis. Cela ajoute un risque supplémentaire que le cours de l’action d’une société n’augmente pas à l’expiration du warrant.

Voyons un exemple qui illustre un avantage potentiel des mandats de warrants. Supposons que les actions de XYZ soient actuellement cotées à 1,50 dollars par action. À ce prix, un investisseur aurait besoin de 1 500 dollars pour acheter 1 000 actions. Toutefois, si l’investisseur opte pour un warrant call XYX (représentant une action) qui est coté à 0,50 dollars, il pourrait posséder 3 000 actions avec le même capital.

Comme les prix des warrants sont généralement bas, l’effet de levier et l’endettement qu’ils offrent sont généralement élevés, ce qui génère des gains et des pertes en capital potentiellement plus importants. Bien qu’il soit courant que les prix des actions et des warrants évoluent en tandem en termes absolus, le pourcentage de gain ou de perte varie considérablement en raison de la différence de prix initiale. Autrement dit, les warrants ont tendance à exagérer le mouvement de variation en pourcentage par rapport au prix de l’action.

Examinons un autre exemple pour illustrer ces points. Supposons que l’action XYZ gagne 0,30 dollars au lieu de 1,50 dollars et qu’elle clôture à 1,80 dollars. On a un gain généré de 20 %. Dans le même temps, le warrant gagne 0,30 dollars, passant de 0,50 dollars à 0,80 dollars, soit une hausse de 60 %. Dans cet exemple, le facteur d’engrenage est calculé en divisant le prix de l’action d’origine par le prix du warrant d’origine : 1,50 dollars / 0,50 dollars = 3. Cela indique le montant général du levier financier offert par le warrant. Plus le chiffre est élevé, plus le potentiel de gains ou de pertes en capital est important.

Il est essentiel de noter que l’investisseur n’est pas obligé d’attendre l’échéance du warrant pour réaliser un gain. En effet, on ne garde que très rarement un warrant à échéance. Il n’est pas nécessaire d’attendre que le warrant ait une valeur intrinsèque pour faire des bénéfices puisque le warrant peut rapporter à tout moment. Il suffit juste de revendre ses warrants plus chers que leur prix d’achat. Et c’est justement là la difficulté d’un investissement boursier en warrant. Pour réussir, fiez-vous aux conseils des experts dans ce domaine.

On peut donc résumer les avantages du warrant comme suit :

  • Produits émis par des banques aux nombreuses possibilités de sous-jacent
  • Titres cotés en bourse sur Euronext Paris
  • Produits en bourse à effet de levier
  • Des stratégies bien distinctes pour investir en bourse : call et put
  • Effet de levier
  • Limitation du risque
  • Large éventail de valeurs sous-jacentes et accès plusieurs autres marchés difficiles d’accès
  • Diversification du portefeuille d’investissement
  • Accessibilité et transparence de la cotation
  • Grande protection contre la baisse des cours

Quels sont les différents risques du warrant et comment s’en prémunir ?

Comme tout autre type d’investissement, les warrants présentent également des inconvénients et des risques. Comme mentionné plus haut, l’effet de levier et l’engrenage qu’offrent les warrants peuvent être élevés, mais ils peuvent aussi jouer au détriment de l’investisseur. Supposons que nous inversions le résultat de l’exemple de XYZ et que nous obtenions une baisse du prix de l’action de 0,30 $. Dans ce cas, le pourcentage de perte pour le prix de l’action serait de 20 %, tandis que la perte sur le bon de souscription serait de 60 %. Cela signifie alors que l’effet de levier peut être une bonne chose, jusqu’à un certain point.

La valeur du certificat peut tomber à zéro, ce qui présente un autre inconvénient pour l’investisseur du warrant car, si cela se produit avant l’exercice, le warrant perdra toute valeur de remboursement. Enfin, le détenteur d’un warrant n’a aucun droit de vote, d’actionnaire ou de dividende et n’a pas son mot à dire dans le fonctionnement de la société, même s’il est affecté par ses décisions et ses politiques.

Pour se prémunir des risques, il faut connaître parfaitement son domaine et adopter certaines stratégies. Voici notamment quelques conseils utiles des experts :

  • 3 paramètres déterminent l’évolution du prix d’un warrant : cours de l’actif du sous-jacent, sa volatilité et la durée
  • Il est préférable d’acheter les warrants par des ordres à cours limité
  • Il faut faire attention car le dernier cours est souvent très différent du prix actuel du warrant
  • Il faut aussi faire attention car les warrants cessent de coter avant leur échéance
  • Il est recommandé de choisir une date d’échéance adaptée à sa stratégie
  • Il faut également contrôler régulièrement le prix des warrants en portefeuille
  • Il faut choisir des warrants dont le delta est compris entre 25% et 75%
  • Il faut savoir que la fiscalité des warrants est différente de celle des actions
  • Il faut savoir que la liquidité des warrants est assurée par les émetteurs
  • Il est aussi utile de connaître que les frais de courtages des warrants sont identiques à ceux pratiqués sur les actions
  • Il faut aussi savoir que les warrants ne peuvent pas intégrés des PEA
  • Il n’est pas recommandé d’acheter des warrants « bid only »
  • Il est aussi déconseillé d’acheter des warrants qui cotent moins de 0,09 ct
  • Il ne faut pas non plus moyenner à la baisse
  • Il ne faut pas se focaliser sur les volumes
  • Il est préférable de choisir un warrant hors monnaie pour une stratégie à moyen terme
  • Il est préférable de revendre le warrant avant l’échéance
  • Il faut savoir prendre profits et couper ses pertes
  • Et il n’est pas nécessaire d’avoir un compte spécial pour trader les warrants

Quelle fiscalité s’applique aux warrants ?

En termes de fiscalité, il faut savoir que la taxation des gains générés par les opérations de warrant est la même que celle appliquée pour les valeurs mobilières. Tout dépendra, néanmoins, du type de warrant négocié ainsi que de la stratégie mise en place par l’investisseur. Le calcul de la plus ou moins value dépendra alors du type d’action : cession, abandon ou exercice du warrant.

Tous les gains en warrant sont taxés dès le premier euro. Ils sont imposables selon le régime des plus-values de cession de valeurs mobilières. Il n’y a aucun abattement pour durée de détention. Cela signifie que les gains en warrant sont naturellement soumis au PFU ou prélèvement forfaitaire unique de 30%. C’est ce que l’on appelle le « flat tax ».

Les investisseurs peuvent, néanmoins, choisir en option le barème progressif de l’impôt sur le revenu ou IR. Les gains seront alors imposés aux taux de la tranche marginale d’imposition ou TMI dans laquelle est soumis l’investisseur : 0%, 14%, 30%, 41% ou 45%. Ces gains seront également soumis aux prélèvements sociaux à un taux de 17,2%, cela signifie que la CSG est déductible des revenus imposables de l’investisseur à hauteur de 5,8%.

Dans le cas où l’investisseur choisit le barème progressif de l’IR, il faut savoir que celui-ci concerne à la fois toutes les plus-values et les revenus de valeurs mobilières. S’il y a moins values, les pertes occasionnées seront déductibles des plus-values réalisées sur les autres valeurs mobilières. Si l’on remarque encore une moins value sur cette compensation, celle-ci peut être reportée sur les plus-values des valeurs mobilières qui seront dégagées au cours des 10 années suivantes.

Tous les gains réalisés avec les warrants doivent être déclarés. D’ailleurs, ils font l’objet d’obligations déclaratives particulières, notamment le formulaire complémentaire n°2074. Ce formulaire est à remplir en même temps que la déclaration annuelle des revenus de l’investisseur.

Quel régime fiscal choisir ? Flat tax ou barème ? Le choix peut, en effet, être difficile. Sachez simplement que le PFU s’avère plus avantageux. Selon les experts, seules quelques exceptions peuvent trouver intérêt dans l’imposition au barème. Les situations particulières avec les titres détenus depuis plus de 8 ans en sont des exemples. Et généralement, l’option du barème est conseillée aux ménages non imposables.

Le PFU est plus conseillé aux contribuables imposés à plus de 30 %. La pression fiscale sera plus importante pour ceux qui seront en-deçà de ce taux. Aussi, le barème est une alternative plus appropriée. La meilleure chose à faire avant d’opter pour un régime fiscal est de demander l’avis d’un expert fiscaliste. Expérimenté et disposant des connaissances nécessaires sur le sujet, il sera à même d’orienter l’investisseur vers le meilleur régime fiscal adapté à sa situation.

Le saviez-vous ?

Contrairement à d’autres instruments financiers comme par exemple les trackers, la vente d’un warrant ne peut se faire à découvert. Ainsi il n’est pas possible de perdre davantage que son investissement de base.