Le livret bancaire ou « livret B » est un compte épargne rémunéré. La rémunération proposée est fortement attrayante. De nombreux Français disposent d’un livret B actuellement pour préparer leur retraite et/ou pour disposer d’une liquidité dans les moments urgents. Facile à ouvrir, le livret bancaire présente de nombreux avantages. Quels sont-ils ? Qui peut ouvrir un livret bancaire ? Comment ouvrir un compte livret B ? Découvrons tout cela dans cet article.

Qu’est-ce qu’un livret bancaire ?

Un livret bancaire est un compte épargne qui propose une rémunération et des intérêts fiscalisés. Il est accessible à tous ceux qui acceptent les conditions d’ouverture et de fonctionnement de compte. L’avantage avec le livret bancaire est qu’il offre une durée illimitée ainsi qu’une disponibilité immédiate. Il n’y a donc aucune obligation de respecter un délai avant de pouvoir utiliser son argent.

Le livret bancaire est proposé par les banques et certains établissements financiers. En règle générale, il n’y a pas de plafond de dépôt légalement imposé. Toutefois, certaines banques peuvent en spécifier un selon leur politique interne. Et le solde minimum doit être de 10 euros.

Sinon, le fonctionnement du livret bancaire est très simple. L’épargnant ouvre un compte épargne rémunéré à sa banque ou chez l’établissement financier de son choix. Il verse le montant qu’il souhaite. Les prélèvements automatiques ne sont pas autorisés. Du moment qu’il ne clôture pas son compte, il aura droit aux bénéfices du compte épargne rémunéré. D’ailleurs, une carte de retrait lui est confiée pour qu’il puisse utiliser son argent comme bon lui semble.

Quels sont les différents types de livrets bancaires ?

Il existe plusieurs types de livrets bancaires, de plans et de comptes épargnes en France :

  • Le livret A : pour le grand public. Un compte épargne que l’on peut approvisionner dès 10 euros et pour lequel l’argent reste disponible à tout moment. En revanche, il ne faut pas dépasser le plafond imposé pour les versements : 22 950 euros pour les particuliers et 76 500 euros pour les associations. Avec le livret A, il est possible de bénéficier d’un intérêt avec un taux de 0,50%. En même temps, l’épargnant profite d’une exonération d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.
  • Le livret de développement durable et solidaire ou LDDS : concerne uniquement les personnes majeures. Le dépôt minimum est de 15 euros avec un plafond de 12 000 euros pour le versement maximum. Sinon, les fonds restent également disponibles à tout moment et l’épargnant bénéficie d’une exonération d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Le taux d’intérêts est également de 0,50%.
  • Le livret d’épargne populaire ou LEP : le dépôt minimum est de 30%. Le LEP s’adresse à toutes personnes à revenus modestes. Le taux d’intérêt du livret est de1%. Il permet aussi d’être exonéré de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux. Les fonds restent disponibles à tout moment mais il faudra respecter le plafond imposé qui est de 7 700 euros.
  • Le livret jeune : ce livret s’adresse aux jeunes de 12 à 25 ans. Ils peuvent y déposer de l’argent. Le dépôt minimum est fixé à 10 euros, et le versement maximum est de 1 600 euros. Même si les fonds sont disponibles à tout moment, les retraits d’argent réalisés par les mineurs devront être précédés d’une autorisation des parents. Au même titre que les autres types de livrets et de compte épargne, les propriétaires seront aussi exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Et le taux d’intérêt est de 0,50%.
  • Le compte épargne logement ou CEL : est aussi ouvert à tout public. Les fonds sont disponibles au-delà de 300 euros. Le dépôt minimum est de 300 euros à l’ouverture, puis 75 euros en cours de vie. Le dépôt maximum est de 15 300 euros. Les fonds sont disponibles à tout moment au-delà de 300 euros. Le taux d’intérêt est de 0,25% plus prêt à taux réduit et prime d’Etat.
  • Le plan épargne logement ou PEL : est ouvert à tout public. Le dépôt minimum est de 225 euros à l’ouverture, puis 225 euros par an jusqu’à 10 ans. Le taux d’intérêt est compris entre 1% et 2,5% plus prêt à taux réduit et prime d’Etat. On peut aussi bénéficier d’une exonération pour le PEL de moins de 12 ans, et d’une imposition aux prélèvements sociaux. Les fonds sont disponibles à tout moment. En revanche, il importe de noter que s’il y a retrait pendant les 2 premières années de vie du PEL, les intérêts seront ramenés à ceux du CEL.
  • Le plan d’épargne retraite populaire ou PERP : s’adresse aux personnes âgées entre 18 et 75 ans. Le dépôt minimum est fixé par l’organisme financier. En revanche, il n’y a pas de plafond de versement, seulement un plafond de déductibilité fiscale des cotisations. Il est aussi important de noter que les fonds sont indisponibles avec le PERP. Il arrive néanmoins qu’un retrait anticipé soit accordé dans certains cas exceptionnels. La rente viagère obtenue par le PERP est taxée comme retraite. Quant au capital, il est imposé au taux forfaitaire ou au quotient.
  • Le livret d’épargne bancaire : est ouvert à tout public. Il n’y a pas de plafond de versement. Cela signifie que l’épargnant peut réaliser des versements libres. Les fonds sont disponibles à tout moment. Le taux d’intérêt est fixé entre 0,2% et 1,5% en fonction de la décision de la banque. Pour les « superlivrets », les taux peuvent monter jusqu’à 4%. La rémunération est taxée sur l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.
  • Le compte à terme ou CAT : il n’y a pas de plafond de versement avec le CAT. Tout le monde peut y accéder. En revanche, le montant du dépôt minimal est fixé par l’établissement financier. Le taux d’intérêt est aussi fixé par la banque. Cela peut être un taux fixe, un taux progressif ou un taux variable. La rémunération est taxée sur l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Quelles sont les conditions d’ouverture et de fonctionnement d’un livret bancaire ?

Pour ouvrir un compte épargne rémunéré ou avoir un livret bancaire, il faut réunir plusieurs conditions :

  • Avoir l’âge qu’il faut pour chaque type de produit épargne
  • Faire un premier dépôt selon le montant minimal fixé par la banque ou l’établissement financier
  • Etre domicilié fiscalement en France
  • Présenter sa carte d’identité
  • Présenter son justificatif de domicile
  • Présenter son avis d’imposition
  • Justifier ses revenus et prouver qu’ils sont modestes
  • Remplir un formulaire édité par l’établissement financier

Les épargnants sont tenus informés des modalités de fonctionnement du produit d’épargne dès l’ouverture de leur compte. Généralement, ces modalités concernent les méthodes de versement de fonds. Cette chronologie d’alimentation de l’épargne dépendra, pour la plupart, des établissements financiers et des épargnants. La seule condition est de tenir un budget équilibré. D’ailleurs, ce n’est même pas une condition à proprement parlé, mais une stratégie de bon investissement dans ce genre de produit. Si le budget reste stable, les intérêts perçus le seront également.

Comment choisir au mieux le livret bancaire dans lequel placer son capital ?

Tous les jours, des offres promotionnelles sur les livrets bancaires sont proposées par différents établissements bancaires. Parfois, il est difficile de choisir celui qui conviendrait le mieux avec la situation de tout un chacun. Si tel est votre cas, prenez en compte ces quelques conseils.

Pour choisir le meilleur livret bancaire, il est primordial de faire attention à plusieurs critères : le taux annoncé, la durée limitée de l’offre et le taux servi par la suite. Pour le taux annoncé, il s’agit du taux brut. Le rendement de l’épargne peut varier entre 3,5% et 4,5% selon la tranche d’imposition. En tant qu’épargnant, vous serez alors imposés à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Généralement, les offres promotionnelles sont limitées. D’habitude, elles concernent les offres relatives à l’ouverture d’un compte épargne rémunéré. Autrement dit, ces offres ne durent que quelques mois seulement. Selon les experts, il est préférable de choisir des offres à long terme, et de ne pas enchaîner les offres les plus favorables du marché. En effet, au final, vous perdriez de vos avantages de rémunération. D’ailleurs, c’est le troisième et dernier critère dont il faut tenir compte. Vérifiez toujours le taux servi au cours de la durée de vie du contrat. C’est important d’envisager vos rentes si vous placez votre argent sur le long terme.

L’autre moyen de choisir le livret bancaire qui convienne à votre situation est de peser les avantages et les inconvénients de chaque offre. L’idée est de comparer les limitations imposées (dépôt et plafond de versement minimums). Cela vous permettra de mieux élaborer vos stratégies d’investissement.

Les intérêts générés par les livrets bancaires sont-ils imposables ?

Certains livrets échappent à l’impôt. Tel est notamment le cas :

  • du livret A 
  • des livrets d’épargne populaire (LEP) 
  • des livrets jeunes
  • des livrets d’épargne-entreprise
  • des plans d’épargne-logement (LEP) : mais resteront soumis aux prélèvements sociaux à un taux de 17,2% pour les intérêts et les primes.

Depuis le 1er janvier 2018, les « placements à revenus fixes » dont font partie les livrets bancaires sont imposables au prélèvement forfaitaire libératoire à un taux de 30%. Ces 30% se composent de 12,8% d’impôt au titre de l’impôt sur le revenu, et de 17,2% pour les prélèvements sociaux.

Une autre option existe néanmoins pour le contribuable. En effet, il a la possibilité d’opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Le saviez-vous ?

Contrairement au livret A, le livret bancaire n’est pas règlementé. Ainsi son taux d’intérêt est à la discrétion des établissements financiers qui le proposent.